The Naturalist, Review, Le Monde

alissayorklenaturaliste

September 15, 2016

by Paloma Hidalgo

 

(Google translation of review; scroll down for the original French)

The Naturalist, Alissa York, translated from the English (Canada) by Florence Lévy-Paoloni, Liana Levi, 320 p., 22 €.

Her remarkable first novel, Mercy/Amours Defendues (Joëlle Losfeld, 2007), revealed to French readers the talented Canadian author Alissa York. The Naturalist, her fourth book, tells an exciting journey: in the summer of 1867, amateur naturalist Walter Ash is about to go on an expedition in the Amazon when he dies accidentally. His wife, Iris, and his son, Paul, decided to take up the challenge to his place and set off alongside Rachel, a companion. All three come out transformed this journey…  Thinking about the search for origins, Le Naturaliste can be read from different perspectives: scientific, historical, social, psychological and even spiritual. Oscillating between prose and poetry, Alissa York creates a universe where the senses – hearing, sight, touch – are summoned on each page. Drifting along the Rio Negro and the Amazon, the reader comes across unsuspected species, “granite night lizards granite” or “armoured catfish.” Soon the jungle, fauna and flora acquire a fascinating presence. The beauty and vitality take account of this art from the description in this finely crafted writing where there still flourishes something wild. – Paloma Hidalgo

 

Original French:

Le Naturaliste (The Naturalist), d’Alissa York, traduit de l’anglais (Canada) par Florence Lévy-Paoloni, Liana Levi, 320 p., 22 €.

Son remarquable premier roman, Amours défendues (Joëlle Losfeld, 2007), avait révélé aux lecteurs français le talent de l’écrivaine canadienne Alissa York. Le Naturaliste, son quatrième livre, relate un voyage passionnant : à l’été 1867, un naturaliste amateur, Walter Ash, s’apprête à partir en expédition en Amazonie lorsqu’il meurt accidentellement. Sa femme, Iris, et son fils, Paul, décident de relever le défi à sa place et se mettent en route aux côtés de Rachel, une dame de compagnie. Tous trois sortiront métamorphosés de ce périple… Réflexion sur la quête des origines, Le Naturaliste peut être lu sous différents angles : scientifique, historique, social, psychologique et même spirituel. Oscillant entre prose et poésie, Alissa York crée un univers où les sens – l’ouïe, la vue, le toucher – sont à chaque page convoqués. Dérivant le long du rio Negro et de l’Amazone, le lecteur y croise des espèces insoupçonnées, des « lézards granit nocturne » ou des « poissons-chats en armure noire ». Bientôt, la jungle, sa faune et sa flore acquièrent une présence fascinante. La beauté et la vitalité du récit tiennent dans cet art de la description, dans cette écriture finement ciselée où affleure pourtant quelque chose de sauvage. – Paloma Hidalgo